AQIII - Association québécoise des informaticiennes et informaticiens indépendants
EN
Mot du Président du CA - Bonne rentrée!

Mot du Président du CA - Bonne rentrée!

28 août 2019

Bien que notre bel été ne soit pas terminé, la rentrée est de nouveau à nos portes… et l’équipe de l’AQIII, fidèle à ses habitudes, n’a pas ménagé ses efforts pendant la belle saison et s’est mise en quatre pour nous aider à entamer cette rentrée du bon pied et avec le sourire.

De nouvelles activités et de nouvelles offres nous attendent et vont faire notre bonheur de membres au cours des prochaines semaines!

Tout d’abord, pour démarrer ce mois de septembre avec plaisir et bonne humeur, les Cocktails de rentrée - à Montréal, la croisière TI AML en collaboration avec la Caisse Desjardins des TI - à Québec, la Conférence Pro sur la thématique contractuelle au CAMP. Nous vous attendrons nombreux, dépêchez-vous de réserver vos places, elles sont limitées!

Mais ce début de saison est encore plein d’évènements agréables : les ateliers-formations « Démarrage de votre Inc » et des Conférences Pro d' « Optimisation votre Inc », le traditionnel AQIII-Berfest et le 5@7 Billard au Tapis vert ne sont que les premiers exemples de cette rentrée, avec une programmation toujours plus travaillée, toujours plus enrichissante avec de nombreux ateliers et évènements chaleureux.

Assurez-vous de ne pas manquer l’AGA de notre association, le 22 octobre qui se poursuivra avec le très attendu « Huîtres et Bulles », une occasion toujours aussi plaisante de nous tenir au fait de la vie de notre association.

De grands partenariats de services pour les membres sont renouvelés et enrichis (avec MédicAssurance, Services financiers Jean Duranleau, Lussier Dale Parizeau, Collège de Maisonneuve… pour n’en citer que quelques-uns…) et notre Association nous propose cette année de bénéficier de tarifs imbattables sur nos principales activités grâce à l’AQIIIPass! Rendez-vous vite sur le site de l’AQIII pour connaitre les détails de cette nouvelle offre exceptionnelle!    

Nous ne manquerons pas de saluer également le retour d'un grand évènement historique de l’AQIII : le séminaire d’hiver. Restez à l’écoute pour les détails de ces deux évènements à venir…

Cette année encore l’AQIII nous permet de quitter le « mode vacances » avec le sourire et dans la bonne humeur. 

Bon retour à tous! 

Jean-Michel Laroche, Président du CA de l'AQIII


 

Mot du Président du CA

Mot du Président du CA

28 juin 2019

L'été est enfin là, le magnifique weekend de la Fête nationale a bel et bien sonné l'ouverture de la saison estivale. L'AQIII et son équipe se préparent pour profiter d'une relâche d'été bien méritée suite une année de défis et de changements important tels que, le déménagement du siège de l'association au CRIM, le rapatriement de notre site web, sans oublier une programmation d’événements intense et variée...

L'équipe n'a pas ménagé ses efforts au cours des mois passés pour nous offrir un choix de rencontres aux thèmes renouvelés et inédits, tels que les cocktails de clôture originaux à Québec et à Montréal. L'AQIII vous donne d’ailleurs rendez-vous au dernier événement de la saison montréalaise, le "Tailgate" au stade des Alouettes le 4 juillet!

La permanence, le CA et les différents comités ont également travaillé d'arrache-pied sur des projets novateurs pour les membres. Toute l'équipe rassemble ses efforts autour d’un but commun : renouveler l’esprit « fun » de l’AQIII tout en innovant. Une nouvelle programmation de rencontres, de nouveaux outils pour plus d'information, davantage de support et encore plus de plaisir va nous être proposée au sein de notre association.

Pour autant, les services offerts aux membres restent au cœur des préoccupations de l'équipe et nos comités ont travaillé pour créer de nouveaux packs de services, ententes et offres qui vont permettre à tous de profiter d'avantages plus étendus et actualisés. Pour supporter nos incorporations et nos vies professionnelles et personnelles, des tarifications avantageuses, des offres spéciales "fastpass", vous donneront accès à de nombreuses rencontres mêlant efficacité professionnelle et détente : restez à l'écoute, votre association vous dévoilera toutes ces nouveautés très prochainement!

D’ici là, profitez bien de votre été. L'AQIII vous donne rendez-vous en septembre pour notre rentrée associative.

Toute l'équipe se joint à moi pour vous souhaiter une très belle période estivale, beaucoup de plaisir et de repos.

Jean-Michel Laroche, Président du CA


 

L'avenir de l'AI en développement Web

L'avenir de l'AI en développement Web

28 février 2019

Depuis 2010, la ville de Québec host le Web à Québec. J’ai été à plusieurs événements qui rassemblent des conférenciers et le WAQ est vraiment une classe à part. On parle de plus de 1500 participants dont des programmeurs, des designers, des étudiants, des CEO… Tous là sans prétention, sans cravate ni veston, sans chercher à se prouver. Juste un rassemblement de gens qui veulent s’amuser et parler.

 

Je pense que c’était ça le but du WAQ. Parce qu’on a souvent l’occasion d’aller dans des soirées ou des journées où les conversations deviennent rapidement un moyen de faire une belle impression et de parler de nos entreprises sous le meilleur jour possible. Généralement, j’entends des échanges qui parlent des récentes technologies qu’on utilise, des projets les plus prestigieux qu’on a fait, des capacités qui démontrent notre potentiel ou celui de nos collègues. Quand ça devient l’unique sujet de conversation acceptable, ça rend la journée longue et vite ennuyeuse. MAIS au WAQ, on peut juste parler entre amis et collègues et c’est juste parfait.

 

Le Web à Québec c’est trois jours de conférences. En début et en fin de journée, il y a ce qu’on appel la Keynote. C’est généralement une présentation faite par quelqu’un qui possède énormément d’expérience dans son domaine. Le genre de conférence que personne ne veut manquer. Le reste de la journée, s’en suit des conférences en parallèles dans différentes salles dont le nom indiquent les thèmes présentés (développement, design, innovation…). Et ça finit toujours par un 5 à 7 qui se transforment en 5 à minuit.

 

Le 9 avril en avant-midi, je donne une conférence dans la salle développement sur l’intelligence artificielle en web. Mon parcours est assez simple. Je suis une développeuse web qui a récemment changé de branche pour aller en intelligence artificielle pour Vooban. J’adore ce que je fais et j’adore partager avec les gens ce que j’apprends au quotidien. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de présenter des technologies récentes qui cherchent à révolutionner la manière dont les programmeurs web travaillent. Je vais parler d’outils intelligents qui cherchent à alléger les tâches des développeurs afin qu’ils se concentrent sur des tâches qui parfois sont mises de côtés quand la date de remise d’un projet approche (clean code, tester de nouveaux frameworks / langages, refactoring…).

 

Je vais être là les trois jours du WAQ c’est certain. Les billets sont dispendieux, mais on peut être bénévole. On donne 8 heures de notre temps ce qui représente deux demi-journées ou une journée complète et on peut passer le reste des autres journées en tant que participant. Ça donne la chance de rencontrer des gens exceptionnels. Je l’ai fait l’an passé et je vais le refaire pour les années à venir. En espérant vous y retrouver cette année!

 

Annie Deshaies
Développeuse FullStack, Vooban
Conférencière au WAQ

 

Web à Québec
9 au 11 avril
Le Terminal - Port de Québec


 

Jean-Michel Laroche sélectionné comme ambassadeur du mouvement Technopolys

Jean-Michel Laroche sélectionné comme ambassadeur du mouvement Technopolys

30 janvier 2019

Jean-Michel Laroche, président du conseil de l'AQIII, a été choisi comme ambassadeur de Technopolys, une initiative conjointe visant à promouvoir l’industrie des TI grâce à des campagnes d’engagement et de promotion. L'AQIII est d'ailleurs membre-fondateur de Technopolys. Notre preésident du CA vous présente ce mouvement.

Connaissez-vous le mouvement Technopolys ? Laissez-moi vous en parler un peu puisque depuis j’ai récemment eu le privilège d’être choisi pour faire partie des 50 premiers ambassadeurs du mouvement.  

L’importance de Technopolys pour notre monde d’indépendants en TI, et pour notre association, c’est l’opportunité de promouvoir nos métiers et nos expertises de spécialistes auprès de tous les publics et institutions pour le développement et le succès de l’industrie des technologies au Québec.

Né en 2016 de la réflexion et des efforts de plusieurs leaders des industries technologiques du Québec, tels que Yoshua Bengio, Professeur et Directeur du MILA ou encore Serge Godin, Fondateur de CGI - pour ne citer qu’eux - le mouvement a pour but de promouvoir l’industrie des technologies de l’information québécoise et de faire rayonner nos universités, nos centres de recherches, nos entreprises (plus de 7500) et nos spécialistes en TI (plus de 200 000), ici, chez nous, tout autant qu’au niveau international.

Technopolys s’articule autour de trois grands axes stratégiques :

  • Mobiliser les différents publics autour de la fierté pour nos industries en TIC
  • Valoriser l’entrepreneuriat Québécois, nos spécialistes en TI et leurs contributions essentielles à notre économie
  • Rayonner au sein de notre économie et y accroitre l’intégration de nos spécialistes tout autant que positionner le Québec comme un incontournable de l’innovation numérique dans l’économie internationale.

Pour ce faire, Technopolys et ses ambassadeurs sont présent pour parler de nos industries et de nos savoir-faire dans nombe d’évènements et de rencontres, telle qu’Expo Entrepreneur 2019, les 23 et 24 janvier dernier.
Rappelons-le, notre marché des TIC ici au Québec, c’est un marché de plus de 15 Milliards de $ chaque année, un marché avec un en croissance 3 fois plus dynamique que les autres secteurs de l’économie, des investissements majeurs en capital-risque de centaines de millions de $, mais aussi et surtout, un marché d’experts et d’innovateurs reconnus qui font la fierté du Québec sur la scène internationale.

Si vous souhaitez faire rayonner nos savoir-faire, n’hésitez pas à devenir ambassadeur à votre tour !
Jean-Michel Laroche, Président du CA

 


 

Le pot de terre contre le pot de fer, vraiment ?

Le pot de terre contre le pot de fer, vraiment ?

26 octobre 2018

 

Lors de la dernière année d’études d’un étudiant en TI, qu’il soit en premier ou deuxième cycle, la même rengaine revient sans cesse, quelle firme de consultants ou quelle grande entreprise viser ? Et ces débats aboutissent invariablement aux mêmes arguments convenus : « Oui Accenture (ou Deloitte, ou PwC, etc.) tu te fais exploiter, mais en sortant avec eux sur le CV, tu fais ce que tu veux ».

Sorte de point Godwin de la réflexion sur les possibilités offertes en TI, l’argument d’autorité de la grande firme boostant le CV écrase presque systématiquement toute autre considération. En échange de l’espoir de décrocher un bon emploi dans une grande firme réputée, l’on suit des formations exigeantes sur plusieurs années. Et en échange de l’espoir de décrocher l’emploi de nos rêves l’on fonce vers ces mêmes firmes où la seule attente que l’on a est d’en sortir.

Pour une discipline où l’on valorise grandement nos facultés d’innovation et de créativité, le chemin suivi chez les jeunes et futurs diplômés semble relativement convenu et peu innovant. Le pot de fer que représente la grande firme semble décidément supérieure au pot de terre que représente l’indépendance ou minimalement la petite firme. Des opportunités incroyables existent pourtant à considérer l’indépendance et les plus petites organisations. J’ai à l’occasion de mon projet de maitrise eu le choix entre un projet dans une grande firme de consultation en TI ou dans une petite organisation culturelle. J’ai sans hésitation choisi le second. Les journées étaient longues, mais le travail passionnant. En six mois j’ai pu endosser les casquettes d’analyste d’affaires, de concepteur de base de données, de développeur et d’accompagnateur de changement.

Mon CV avait-il plus de valeur que celui de mes camarades finissants d’alors ? À leurs yeux sans doute pas. Mais en réalité j’avais déjà pu explorer divers domaines, voir ceux qui m’attiraient et ceux qui me plaisaient peut-être moins pour le moment. J’ai également pu m’apercevoir qu’un réseau comme celui de l’AQIII est une opportunité incroyable pour explorer ces domaines d’intérêt, sans avoir à composer avec les lourdeurs induites par un emploi en grande firme de consultation.

L’indépendance est une porte ouverte vers l’exploration de ce qui nous passionne. Un réseau fort comme celui dont nous faisons partie est le moyen concret de transformer cette porte ouverte en carrière épanouissante. Je rêve de partager avec les futurs diplômés en gestion qu’en intégrant le pot de fer, on s’offre le droit de rêver à la carrière de ses rêves, mais en étant le pot de terre on explore directement ce que la carrière de ses rêves signifie.

Jason Rapeneau, administrateur du CA de l'AQIII


 

Des employés un jour? Pourquoi pas!

Des employés un jour? Pourquoi pas!

26 octobre 2018

Maintenant autonome, j'ai eu longtemps des employés dans mon entreprise. Il n'est pas dit que je ne réembaucherai pas sous peu.

Mais comment faire pour penser d'étendre votre entrepreneurship jusqu'à faire en sorte que des gens puissent s'intéresser à votre entreprise plutôt qu'une autre ?

Tout est axé sur le caractère distinctif et votre intégrité. Les mandats resteront toujours les mandats. Donc comment en dehors de ceux ci vous pouvez offrir une différence à vos futurs employés ?

Avantages pécuniaires, avantages sociaux, activités, gestion de l'inter mandat et j'en passe.

L'argent est un peu une forme de tabou dans notre belle province mais quand vient le temps de parler à vos futurs employés, il sera le sujet prédominant.

Offrir des participations à des congrès et formation. Rétribuer les références qu'ils vous donnent de façon récurrente et non par un simple montant. Etc.

La réflexion est grande mais peut en valoir la peine. Si ceci vous intéresse pourquoi ne pas approfondir le sujet. Mes coordonnées se trouvent ici :

www.polyformatikaffaire.com

Richard Nadeau, administrateur du CA de l'AQIII (Qc)


 

L'intelligence Artificielle gagne le monde entier, et pendant ce temps-là, à Montréal...

L'intelligence Artificielle gagne le monde entier, et pendant ce temps-là, à Montréal...

28 septembre 2018

Si, comme moi - en entrepreneur attentif du monde des technologies digitales - vous vous tenez à l’affût des évolutions et des nouveautés fascinantes de l'ère numérique, alors vous n'aurez pas manqué de suivre avec intérêt l'évolution du monde de l'intelligence artificielle à Montréal au cours des récentes années et des derniers mois. 

Des investissements privés majeurs de Google, Facebook, Deepmind ou Microsoft, en passant par des centres de recherche mondialement connus tels que l'IVADO, le MILA ou les pôles universitaires, la tendance est belle et bien d'établir Montréal comme un pôle mondial majeur en IA. 

Un autre indice qui ne trompe pas, c'est celui du capital risque : les startups et innovateurs québécois en IA ont raflé parmi les plus gros rounds de financement en capitaux mondiaux depuis le début de 2018. Des incubateurs et accélérateurs majeurs, tels que Founderfuel ou Techstars ont choisi notre ville pour accompagner les créateurs du domaine de l'IA. 

Le monde l'IA est aujourd'hui une des plus belles opportunités de l'ère digitale qui se présente à nous, et en tant qu'entrepreneurs indépendants, c'est pour nous l'occasion de démontrer nos savoirs faire professionnels tout autant que de nous positionner sur de nouvelles opportunités d'affaires et de partenariats. Je vous propose d'en apprendre un peu plus au travers des articles suivants. Bonne lecture !

Et pour référence : 
L'IA Montréalaise en quelques chiffres clés

Jean-Michel Laroche, président du CA de l'AQIII


 

Le travail à temps partiel et les effets de la pénurie de main d’œuvre

Le travail à temps partiel et les effets de la pénurie de main d’œuvre

28 septembre 2018

Ressentez-vous les effets de la pénurie de main d’œuvre ? Moi, oui. Moi qui recherche un mandat à temps partiel depuis plusieurs années et qui n’en trouvais pas, j’ai eu 3 approches en ce sens en août et septembre. Et je rencontre des collègues qui ont eu la même chose.

Enfin!  Il était temps que le marché change. Travailler 5 jours/semaine est un carcan qui s’applique normalement aux permanents d’une entreprise. Pour nous qui ne voulons pas être des employés déguisés, qui voulons offrir notre expertise lorsque requise, le marché serait-il en train de changer ?

Il y a différentes raisons qui peuvent inciter un consultant à travailler moins que 5 jours/semaine au même endroit. Par exemple:  

  • travailler 2 jours/semaine pour un client et 3 jours pour un autre, afin de terminer un mandat qui s’achève et répartir le risque financier lorsqu’un mandat se termine
  • travailler 2.5 jours/semaine pour profiter de sa qualité de vie et prendre une retraite progressive après de nombreuses années de labeur
  • travailler et étudier pour rester à l’affut des connaissances de pointes

De plus, ceci est avantageux pour les clients, leur donne une flexibilité dans la recherche de ressource de pointe au bon moment. La pénurie de la main d’œuvre force le marché à changer et pour le mieux, selon moi.

Qu’en pensez-vous ?

Marie Guertin
Membre du CA de l'AQIII


 

Qu'est-ce qu'un entrepreneur TI?

Qu'est-ce qu'un entrepreneur TI?

27 mars 2018

Tout d’abord, il n’existe pas de critères applicables à l’ensemble des entrepreneurs. En fait, la spécificité d’un entrepreneur repose en sa capacité à échapper au moule, aux standards.

Il existe toutefois certains traits qui semblent être favorables à ce statut d’entrepreneur. Je vais en aborder ici quelques-uns, basés sur mon expérience personnelle.

Le professionnalisme

Être professionnel dans les relations avec nos clients, nos collaborateurs, nos conseils (comptable, avocat), les employés de nos clients etc.

Cela s’exprime entre autres par :

  • une excellente capacité à s’organiser : structure d’entreprise, gestion des communications etc.
  • un savoir être développé : toujours agir avec tolérance et respect, même dans des situations difficiles. Savoir aussi exprimer clairement ses idées

La volonté

Le milieu des TI exige de grandes compétences techniques. Nous sommes souvent exposés à des problématiques complexes. Mais cette complexité est la raison pour laquelle nos clients font appel à nos services : sans complexité, sans problème, point de travail ! La volonté, la motivation sont ainsi primordiales.

Je dirais même qu’il est crucial de cultiver le goût pour la résolution de situations difficiles. Comme le dit Corneille dans le Cid, « À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » !

L’envie d’apprendre

En affaires, il n’existe pas de status quo. Ne pas progresser, c’est implicitement régresser. Et c’est encore tellement plus flagrant en TI !

Un entrepreneur se doit donc de parfaire ses connaissances en continu. Par exemple, en choisissant un mandat pour lequel il ne maîtrise pas l’ensemble de la matière, il se forme tout en étant payé… Attention toutefois : la transparence est de mise avec le client et cela ne vaut que pour une portion du travail à exécuter. Mais il s’agit là d’une belle manière de conjuguer travail avec honoraires et avancement de ses connaissances !

… et l’envie d’enseigner

J’ai pu constater que plusieurs consultants (en particulier ceux qui débutent) pensent qu’il faut savoir garder pour soi ses connaissances. Que c’est là le secret de la réussite. Tout au contraire…

Je me suis toujours efforcé que mes clients voient en moi celui qui rend leur vie plus simple en les assistant dans la conduite de leurs affaires. Je n’ai jamais tenté de me rendre indispensable; j’ai toujours cherché à ce que mes clients me rappellent parce qu’ils le veulent, non pas parce qu’ils le doivent…

Cela passe en grande partie par le partage de mon expertise avec les collaborateurs de mes clients. Je travaille ainsi à livrer de beaux projets et, chemin faisant, j’échange mes connaissances auprès des autres acteurs impliqués. Outre le plaisir sincère de partager, ces personnes constituent des alliés précieux car elles voient en moi un partenaire. Le client est en général aussi satisfait de voir un consultant participer à l’avancement de ses équipes.

Savoir s’entourer

Nous avons souvent tendance à tout prendre sur nos épaules. Parfois, c’est même contre-productif…

Je vous conseille ainsi d’avoir recours à des mentors, à des ouvrages et à des forums de discussion. L’AQIII est à ce titre une source extrêmement précieuse d’informations : les échanges avec nos pairs sont fructueux et les initiatives mises en place par l’association (comme les excellents cursus de formation 101, 201 et 301) s’avèrent être des opportunités extraordinaires de faire croître vos affaires !

 

Sébastien Daupleix siège au CA de l’AQIII depuis 2016, membre depuis 2006.

Consultant depuis 1998, il a fondé plusieurs compagnies dont la dernière, uzinakod, qui fabrique pour ses clients des logiciels sur mesure et des solutions avancées d’intelligence artificielle.

Vous pouvez le joindre à seb@uzinakod.com