Double-click to edit
Toggle toolbar
  - + x
Start  
AQIII - Association québécoise des informaticiennes et informaticiens indépendants
EN

Texte d'opinion

Les consultants indépendants en TIC sont un élément indissociable et flexible de la réussite des entreprises.

23 octobre 2015

Près d’un  dirigeant d'entreprise sur deux croit que les contractuels sont plus productifs que les employés à temps plein

Un nouveau rapport révèle pourquoi les employeurs prévoient accroître leur recours aux travailleurs contractuels.

Source : 2016 Workforce Productivity Research Report, de WorkMarket

 

Montréal – 1er novembre 2016

SOMMAIRE – Selon l’étude américaine de Workforce, les entrepreneurs indépendants sont considérés plus productifs, spécialisés et flexibles que les employés par près d'un chef d'entreprise sur deux (48 %). Ces derniers ont également noté que la nature « efficiente et rentable » de ces contractuels rend cette ressource plus précieuse que les employés à temps plein.

Nous sommes dans une économie du Savoir où les coûts de main-d'œuvre sont généralement la plus grande dépense d'une entreprise; les dirigeants doivent faire preuve d’efficience accrue pour obtenir le meilleur rendement possible pour cette dépense importante.

Selon les chefs d’entreprise sondés dans l’étude, c’est la pénurie relative de travailleurs ayant des compétences spécialisées, combinée à l'incapacité de trouver le bon travailleur au bon moment, qui ont été citées comme deux des principaux obstacles à la productivité. Il n'est donc pas surprenant que de plus en plus d'employeurs se tournent vers un modèle alternatif de main-d’œuvre afin de répondre à leurs besoins pressants en expertises technologiques et talents de pointe, nécessaires à l’atteinte des impératifs de productivité dictés par la pression d’une économie toujours plus concurrentielle.

Si les chefs d'entreprise apprécient la motivation, la rapidité et l'efficacité des entrepreneurs indépendants contractuels, c’est qu’ils sont des professionnels expérimentés, généralement locaux et disponibles sur demande.

  • Les consultants indépendants sont un élément indissociable de l’efficience et de la productivité des entreprises. En 2015, le Bureau of Labor Statistics estimait que 15,5 millions de personnes aux États-Unis étaient des travailleurs indépendants, soit une augmentation d'environ 1 million depuis 2014. Au Québec, TechnoCompétences estime à 20 000 le nombre de consultants indépendants dans le domaine des technologies de l’information (TIC).
  • De plus, les entrepreneurs indépendants sont plus scolarisés que la moyenne des travailleurs dits « permanents » (79 % possèdent minimalement un Bacc, M.Sc. ou Ph.D selon la plus récente enquête de l’AQIII). Le nombre d’entrepreneurs indépendants est indéniablement à la hausse; le Harvard Business Review a récemment surnommé ce phénomène "La montée de la Supertemp".
  • Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles le travail indépendant est à la hausse, notamment l'évolution des conditions économiques, la réduction des effectifs et l'insatisfaction des employés. Parallèlement, les TIC ont également contribué directement à alimenter cette tendance croissante d'une manière beaucoup plus significative : des sites tels que LinkedIn et l’AQIII ont simplifié l’accès aux expertises indépendantes et les nouvelles technologies permettent de travailler à distance mieux que jamais, à partir de périphériques, d'applications et autres systèmes, abaissant significativement les barrières qui rendaient autrefois difficile l’accès à l’entrepreneuriat indépendant.

Les questions qui se posent alors sont les suivantes : constatant que le besoin des chefs d’entreprise pour des pigistes et entrepreneurs indépendants est là pour rester, et que ces derniers sont reconnus pour leur efficacité et l’impact positif sur la productivité, alors comment en tirer le meilleur parti? Et ce qui vient ensuite?

  • Pour le chef d’entreprise, lorsque vient le besoin d’exécution d’un projet spécifique ou risqué, ou lors d’une surcharge ponctuelle en numéraire, plutôt que d'embaucher une ressource à plein temps, et de payer des avantages et un salaire, l’entreprise peut faire appel à un entrepreneur indépendant qui est idéalement adapté à un projet particulier. De plus, ce consultant d’expérience est plus susceptible d'avoir déjà le « skillset » - l’ensemble des compétences nécessaires - pour répondre sur-le-champ au besoin de l’entreprise.
  • La « nouvelle » économie des entrepreneurs indépendants n'est pas une question de travail « temporaire » ou d’emploi déguisé. Les consultants indépendants sont des entrepreneurs (à plus de 90 % incorporés selon le l’enquête 2016 de l’AQIII) de plus en plus stratégiques, expérimentés et professionnels. Leurs contributions et leur efficience sont reconnus par les entreprises qui font appel à leurs services sur des projets définis.
  • Selon Jeff Wald de Work Market, qui écrit régulièrement sur le sujet dans Forbes, Huffington Post, etc., les TIC et la Gig-économie créent une perturbation permanente sur le marché du travail, changeant fondamentalement la façon dont les gens travaillent. Il s'agit d'un système vieux de plusieurs décennies qui a un besoin urgent de modernisation - de nouvelles technologies pour habiliter les professionnels d'aujourd'hui, de nouvelles lois du travail qui protègent une nouvelle génération de travailleurs et micro-entrepreneurs et de nouvelles attentes de la société qui facilitent tout cela.

La question qui se pose aujourd’hui n’est pas : « devrais-je utiliser des travailleurs à temps plein ou à temps partiel? ». La question est devenue : « Comment puis-je construire et mettre en œuvre de manière plus efficace une « mosaïque de main-d'œuvre » - fournisseurs et talents - pour répondre rapidement aux demandes changeantes des clients et moderniser nos activités par l'automatisation, les algorithmes et les données.

J’aimerais bien connaitre vos opinions sur la question : comment pouvons-nous favoriser les conditions gagnantes-gagnantes, appuyer l’entrepreneuriat indépendant et ainsi participer à la modernisation d’un système vétuste et des perceptions désuètes d’un marché du travail restrictif?

 

Caroline De Guire, M.Sc., Écon.

Présidente-directrice générale